Le Premier ministre français, Edouard Philippe, a annoncé son intention de présenter “une stratégie de déconfinement” dans “les prochains jours”.

“Il est probable que nous n’allions pas vers une déconfinement qui ne serait pas générale et absolue, à la fois, partout et pour tout le monde”, a-t-il prévenu, après avoir été interviewé par la mission d’information de l’Assemblée nationale sur l’épidémie de Covid-19, par visioconférence. . 

Un confinement sans précédent

La stratégie ne sera basée sur aucun précédent. Aucun pays “n’a jamais confiné autant de personnes aussi largement” et, par conséquent, aucun pays “n’a jamais déconfiné autant de personnes aussi largement”, a souligné le chef du gouvernement.

En France, plusieurs équipes ont été mises en place pour travailler sur la question, dont le Conseil scientifique, qui doit rendre un avis dans les prochains jours. Partout dans le monde confiné, les mêmes questions se posent et les scénarios s’affinent. 

Dans son précédent avis du 23 mars, le Conseil scientifique a souligné qu’aucune levée des mesures ne serait envisagée tant que “l’objectif” de confinement n’aurait pas été “atteint”.

En d’autres termes, le pic de l’épidémie devra être largement dépassé et “la saturation des services hospitaliers” devra être “contenue”, notamment dans les unités de soins intensifs. Une telle situation ne devrait pas se produire avant la fin du mois d’avril, prévient le groupe de travail.

Levée progressive des restrictions

Ailleurs, un ministre du gouvernement a déclaré à la chaîne de télévision nationale BFMTV que toute levée des restrictions serait progressive.

“Vous ne pouvez pas vous attendre à ce qu’à une date donnée, vous appuyiez sur un bouton et tout recommencera”, a déclaré le ministre.

“Cela se produira lorsque chaque interrupteur sera réactivé, l’un après l’autre”, a également averti le gouvernement italien. Le mot d’ordre devra être “gradualité”, selon un virologue italien cité par l’agence Ansa.

Confiné jusqu’au 15 avril

Le gouvernement français a ordonné aux personnes de rester confinées chez elles, à l’exception des sorties essentielles du 17 mars au moins au 15 avril.

Philippe n’a pas indiqué quand le gouvernement pourrait commencer à assouplir ou à lever le verrouillage. 

Plus tôt mercredi, le ministre français de l’Intérieur, Christophe Castaner, a déclaré que 5,8 millions de contrôles avaient été effectués et 359 000 amendes infligées depuis le début de l’isolement le 17 mars.