Trois personnes, dont deux pompiers, sont décédées et des dizaines d’autres ont été blessées à la suite d’une explosion de gaz provoquant une explosion à Paris, ont annoncé les services d’urgence de la capitale française.

L’explosion s’est produite dans une boulangerie samedi à 9h00, heure locale, alors que les pompiers répondaient aux informations faisant état de la fuite.
La police avait initialement annoncé la mort de quatre personnes avant de réviser le décompte des morts.
“A l’heure actuelle, 2 pompiers des sapeurs-pompiers de Paris sont morts. 10 personnes sont grièvement blessées, dont un pompier. 37 personnes sont en état de relative urgence”, a déclaré le ministre français de l’Intérieur Christophe Castaner.
“Une profonde tristesse. Aux côtés des familles des victimes. La nation partage leur douleur”, a-t-il ajouté.
Le ministre espagnol des Affaires étrangères, Josep Borrell Fontelles, a déclaré par la suite qu’un citoyen espagnol était décédé à l’hôpital à la suite de l’explosion et qu’un autre Espagnol avait été blessé.
Des images de la scène, rue de Trévise, dans le 9ème arrondissement de la capitale française, montraient des vitres brisées et des débris éparpillés dans la rue, alors que des équipes d’incendie évacuaient les personnes des appartements situés au-dessus de la boulangerie.
 
“A ce stade, nous pouvons dire que l’origine de l’explosion est accidentelle, une fuite de gaz, mais nous devons rester prudents, car une enquête en cours en déterminera les causes”, a déclaré Heitz.
Castaner, qui a visité la scène avec le Premier ministre Edouarde Philippe et la maire de la ville, Anne Hidalgo, a écrit sur Twitter que le nombre de victimes “sera lourd”.

Plus de 200 pompiers réagissaient à cet incident, a écrit Castaner. “Mes premières pensées vont aux blessés et à leurs proches”, a-t-il ajouté.
L’explosion s’est produite quelques heures avant que les manifestants gilets jaunes (gilet jaune) défilent dans la ville pour un neuvième week-end consécutif, près de la rue dans laquelle l’explosion s’est produite.
La police avait auparavant conseillé au public de rester à l’écart de la zone et de laisser de la place pour des véhicules d’urgence.