Les équipes de secours poursuivent leurs recherches aujourd’hui après qu’un petit avion transportant quatre personnes (deux membres d’équipage et deux passagers) s’est écrasé dans la mer à Marigot dimanche. Le train d’atterrissage de l’engin aurait été retrouvé (vidéo en fin d’article).

Le PDG de la Dominique Air and Seaport Authority (DASPA), Benoit Bardouille, a déclaré que l’avion immatriculé en France avait reçu l’autorisation de décoller de l’aéroport Douglas-Charles à destination de l’aéroport Le Raizet en Guadeloupe.

«La recherche a recommencé ce matin. D’après les informations dont je dispose jusqu’à présent, nous avons eu une autre personne qui m’a appelé directement et a donné un emplacement basé sur ce qu’ils ont entendu la nuit dernière dans la zone générale et je pense que dans cette zone jusqu’à présent, un sac et un passeport ont été trouvés , il y a donc une sorte de recherche active maintenant dans cette localité », a déclaré Bardouille.

Il a dit que l’avion était en vol vers 18 h 43 et que le contrôleur de la circulation aérienne lui a demandé de signaler quand il avait dépassé 1 500 pieds dans la montée.

Selon le responsable de la DASPA, quelques minutes plus tard, le contrôleur de la circulation aérienne a tenté de contacter l’avion pour un changement de fréquence au contrôle de Raizet, mais n’a pas pu entrer en contact avec l’avion.

«Il a fait plusieurs tentatives mais n’a reçu aucune réponse. Le contrôleur de la circulation aérienne a jeté un coup d’œil à la visualisation radar que nous avons à l’aéroport et n’a pas pu identifier l’avion… », a déclaré Bardoiulle.

Il a déclaré que l’aéroport de Raizet avait été immédiatement contacté et qu’ils avaient informé Douglas-Charles Control qu’ils n’avaient aucune information sur l’avion.

“À ce moment-là, l’avion, qui n’était pas en contact avec le contrôle de la circulation aérienne en Dominique et qui n’était pas en contact avec la Guadeloupe, était considéré comme un avion manquant”, a-t-il déclaré.

Pendant ce temps, Bardouille a déclaré que les pompiers avaient reçu un appel d’un simple citoyen, indiquant qu’ils avaient vu “quelque chose en relation avec un avion qui aurait pu descendre dans la mer”.

Il a déclaré immédiatement que les pompiers avaient demandé l’aide des pêcheurs de Marigot pour les aider, alors que la mobilisation des garde-côtes était en cours.

«Nous espérons que quelque chose pourrait se produire puisque l’avion ne s’est peut-être pas éloigné trop loin de l’aéroport, mais nous sommes certainement très inquiets et nous faisons tout avec la police ainsi qu’avec les autorités françaises pour essayer de voir comment nous pouvons faire tout sauvetage ou récupération de tout ce qui pourrait fournir le type de preuve requis pour une enquête », a déclaré le PDG de la DASPA.

Les équipes de secours comprennent la Eastern Caribbean Civil Aviation Authority, la garde côtière locale et les pêcheurs de Marigot. Deux hélicoptères sont également utilisés pour effectuer les recherches.

Bardouille a précisé que le terrain d’aviation réel n’est pas affecté.

“Cela n’affecte pas les mouvements des avions à destination et en provenance de Douglas-Charles”, a-t-il déclaré. “De toute évidence, il y aura une enquête par l’autorité compétente pour s’assurer que nous pouvons savoir quelle était la cause.”