Dubliner Maksuda Akhter, qui a déclaré avoir participé à de nombreux concours de beauté irlandais et internationaux , a révélé au magasin local Dublin Live les détails de son cauchemar de harcèlement en ligne. Selon la femme, qui construit une carrière de mannequin pour subvenir aux besoins de ses deux enfants, elle doit faire face à de nombreux messages et commentaires «vils» en ligne de la part de personnes qualifiant la «beauté pakistanaise» de «pute» et la considérant comme une prostituée.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

#Happy #Valentine’s #Day !! Photo by Brian .

Une publication partagée par Maksuda Akhter (@maksuda.akhter) le

«Je pense que d’autres modèles musulmans font face à l’intimidation en ligne. Mais je suis trop confronté parce que les gens ne peuvent pas supporter ça, je peux avoir deux enfants et je fais aussi de la modélisation et je montre mon corps Ils ne peuvent pas le supporter », a déclaré la mère célibataire aux médias.

Dans le même temps, elle a exprimé son engagement à croire en Dieu, bien qu’elle ait admis qu’elle ne suivait pas les règles religieuses définies par le Coran.

Akhter, qui vit en Irlande depuis 18 ans, a suggéré que ses harceleurs en ligne sont «définitivement du Bangladesh» et pourraient résider en Irlande ou dans d’autres pays.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Photographer : @Paul Cooley Model : Maksuda #blackandwhitephotography #hotmodels #irishmodel #dublinmodel #modelagency #sensuality #eyes #back

Une publication partagée par Maksuda Akhter (@maksuda.akhter) le

Elle a également admis s’être séparée de la communauté bangladaise, affirmant qu’elle ne pouvait pas l’accepter telle qu’elle est.

«[Ils disent] qu’elle ne vit pas bien et cela signifie vivre de manière indépendante parce que je montre mon corps et je gagne de l’argent. J’ai deux enfants et je n’étais pas marié au père de mes enfants. Cela dépasse leur imagination », a-t-elle expliqué en expliquant son attitude à son égard.

Elle aurait également rencontré des problèmes dans son pays d’origine. Interpol aurait alors ouvert une enquête. Elle aurait alors affirmé avoir été agressée sexuellement et avoir reçu des menaces de mort lors de sa visite au Bangladesh en 2015.

En tant que victime d’abus en ligne, elle a appelé Facebook à en faire plus pour lutter contre les brimades qui nuisent aux utilisateurs des médias sociaux.

«Je pense que big time [Facebook devrait faire plus], cela ruine la confiance des gens. Cela ruine la vie personnelle des gens. Ils gagnent beaucoup d’argent et devraient en surveiller davantage », a insisté Mme Akhter, affirmant qu’elle avait signalé jusqu’à 20 messages sur la plateforme de médias sociaux.